RAPPORT SUR LA MISSION DE TERRAIN AU SUD-SOUDAN, NOVEMBRE 2021

Réunion avec une entreprise affiliée de l’ICoCA, Archer, Juba, Sud-Soudan

Vue d’ensemble

Après une interruption de 18 mois due aux restrictions de voyage résultant de la pandémie de COVID-19, l’ICoCA a repris ses visites sur le terrain avec une mission d’une semaine à Juba, au Sud-Soudan, à la mi-novembre. Cette visite a permis à l’ICoCA de rencontrer directement des fournisseurs de sécurité privée au Sud-Soudan, dont un membre certifié de l’ICoCA et deux affiliés, afin de comprendre comment le Code est mis en œuvre dans le contexte du Sud-Soudan et les défis associés. L’équipe a pu rencontrer des membres/affiliés potentiels de l’ICoCA, des clients d’entreprises de sécurité privée – y compris l’important secteur humanitaire – et faire connaître l’ICoCA et l’importance du Code pour garantir les droits humains dans le secteur de la sécurité privée.

Le paysage du secteur de la sécurité privée au Sud-Soudan

Les chiffres sont difficiles à déterminer, mais dans la capitale Juba, il y aurait environ 80 entreprises de sécurité privée enregistrées, dont peut-être 15 semblent avoir une présence physique et fournir des services de sécurité physique. Sur ces 15 entreprises, trois sont liées à l’ICoCA, avec un membre certifié et deux affiliés. Compte tenu de la structure de l’économie nationale, l’industrie de la sécurité privée se concentre sur le secteur des Nations Unies et des ONG, le gardiennage étant le principal service de sécurité fourni. Étant donné que l’aide est fournie aux communautés locales dans tout le pays, les sociétés de sécurité doivent souvent déployer des gardes sur de nombreux sites éloignés, ce qui représente un défi logistique important, notamment pour la formation et la supervision, ce qui est encore plus difficile en raison des mauvaises communications. Les autres consommateurs notables de services de sécurité privés sont l’industrie extractive, tant à Juba que dans les principales régions productrices de pétrole, comme les États du Nil supérieur et de l’Unité, les entreprises privées, comme les hôtels de Juba, et les missions diplomatiques.

Le secteur de la sécurité privée est un employeur important dans tout le pays, les gardes étant généralement considérés comme non qualifiés. Sauf à Juba, les gardes sont généralement issus de la communauté locale – s’ils ne le sont pas, ils risquent de se heurter à l’hostilité de la communauté locale qui considère que ces postes sont « pour eux ». Les salaires des gardes varient énormément. Les entreprises qui se concurrencent uniquement par les prix ont souvent des gardes dont le salaire net est inférieur à 2 USD par jour. Comme on peut s’y attendre, avec des salaires aussi bas, les gardes acceptent d’autres tâches et sont donc moins efficaces. Les ONG ont souvent été citées comme contractant sur la seule base du prix et, par conséquent, elles assument un niveau plus élevé de risque opérationnel et de réputation. Pour les entreprises qui se concurrencent sur la qualité des services offerts, leurs gardes auront des salaires nettement plus élevés et recevront généralement des niveaux de formation bien supérieurs. Ces gardes recevront entre 100 et 200 USD par mois. Ce montant peut être sensiblement plus élevé que celui des fonctionnaires locaux, mais aussi que celui des gardes d’autres pays de la région (ce qui peut s’expliquer en partie par le coût élevé de la vie au Sud-Soudan, où une très grande partie des denrées alimentaires sont importées). Il n’est pas rare que les clients des entreprises de sécurité privée complètent les salaires de leurs gardes, notamment pour les motiver et les fidéliser.

La réglementation du secteur de la sécurité privée par les autorités sud-soudanaises est limitée. Les réglementations de 2013 n’ont jamais été entièrement promulguées et un système solide de réglementations appropriées fait défaut. Seule une entreprise est autorisée à être armée, alors que plusieurs autres entreprises ont déposé des demandes. Pour gérer cette lacune, les entreprises de sécurité privée intègrent régulièrement des officiers de police dans leurs équipes.

Prestataires de sécurité privée

L’ICoCA a rencontré plusieurs fournisseurs de sécurité privée au Sud-Soudan. Les défis uniques que représente le pays ont été discutés, ainsi que les moyens par lesquels ICoCA peut fournir un soutien plus fort aux membres et aux affiliés. La formation en particulier a été abordée, ainsi que la façon dont l’ICoCA peut mieux calibrer sa formation en ligne pour être utilisée dans des zones où la connectivité Internet est limitée.  A noter qu’une entreprise a indiqué qu’elle constate une augmentation de la référence à l’appartenance à l’ICoCA dans les appels d’offres, ce qui l’a poussée à demander son adhésion à l’ICoCA.

Rencontre avec la communauté humanitaire

ICoCA a rencontré des membres de la communauté humanitaire, y compris diverses branches des Nations Unies, des ONG et des organisations internationales de développement. L’accent mis par l’ICoCA sur les droits humains est un point d’alignement naturel avec le secteur humanitaire et nous espérons voir une utilisation accrue des références de l’ICoCA dans les appels d’offres à l’avenir. Il a été largement reconnu que le recours à des prestataires de sécurité privée responsables réduit les risques opérationnels pour le secteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.