LA SECURITE DES AGENCES D’AIDE EST UN DESASTRE PREVISIBLE

Jamie Williamson, directeur exécutif de l’ICoCA, dans un article d’opinion publié dans le New Humanitarian, explique comment le secteur de l’aide est à la traîne en termes de diligence raisonnable et de surveillance en ce qui concerne ses contrats avec les fournisseurs de sécurité privée.

« Il est surprenant de constater que l’on ne se préoccupe guère de ce qui pourrait arriver si l’on engage la mauvaise entreprise de sécurité, ou si les exigences contractuelles encouragent en réalité des pratiques industrielles médiocres et de la corruption.

Il ne suffit pas de parler du bout des lèvres des droits humains. Il est facile pour les entreprises de sécurité d’affirmer qu’elles respecteront des codes de conduite – couvrant de l’esclavage moderne à la traite d’êtres humains, de la fraude à l’exploitation et aux abus sexuels. Mais l’absence de vérification de l’application effective de ces politiques – et encore moins de leur engagement – est frappante. Tout au plus, ils doivent cocher une case et envoyer une copie des politiques de l’entreprise. »

 

Jamie Williamson, directeur exécutif de l’ICoCA.

Lire l’article complet ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.