VUE DE L’OBSERVATRICE : LISA REILLY, DIRECTRICE EXÉCUTIVE DU FORUM EUROPÉEN INTER-AGENCES POUR LA SÉCURITÉ

Lisa Reilly est la directrice exécutive du Forum européen interagences pour la sécurité (EISF), observateur d’ICoCA. Nous voulions en savoir plus sur la manière dont les risques sont gérés par les organisations humanitaires et sur le rôle qu’ICoCA peut jouer pour les aider à gérer leur exposition aux risques lorsqu’elles font appel à des sociétés de sécurité privées.

Pouvez-vous nous parler de l’EISF ?

L’EISF est un réseau de soutien par les pairs pour les points focaux de sécurité mondiale des ONG travaillant dans plusieurs pays à l’étranger et est un centre d’excellence pour la gestion des risques de sécurité humanitaire. L’EISF compte actuellement 106 organisations membres basées en Europe et aux États-Unis et travaillant dans plus de 130 pays, dont des pays comme l’Afghanistan, la RDC, la Libye, le Sud-Soudan et le Yémen,

Comment les organisations humanitaires gèrent-elles les risques ?

Les organisations humanitaires se présentent sous des formes et des tailles diverses, avec des missions différentes, des seuils de risque acceptables et des capacités de gestion des incidents. C’est une erreur courante de penser que leurs besoins et leurs pratiques en matière de gestion des risques sont les mêmes, tant au sein du secteur que parmi les fournisseurs externes.

Cela dit, la plupart des ONG reconnaissent la définition de la norme ISO 31000 qui identifie un risque comme tout ce qui peut empêcher la réalisation des objectifs. Bien que les approches puissent être différentes (gestion des risques de l’entreprise, modèle à 3 lignes de défense, intégré dans les programmes), ce consensus montre que la gestion des risques de sécurité est principalement abordée comme un outil permettant d’agir et d’accéder.

Le secteur reconnaît également de plus en plus la nécessité de s’éloigner des processus de sécurité traditionnels, lourds en termes de systèmes, et de développer une approche de la gestion des risques de sécurité davantage axée sur la personne. L’EISF soutient activement ses membres pour qu’ils adoptent une approche qui réponde aux besoins de sécurité spécifiques des travailleurs humanitaires individuels.

Quels sont les risques et les opportunités que les contrats avec des sociétés de sécurité privées offrent aux organisations humanitaires, et comment sont-ils gérés ?

Les ONG sous-traitent souvent des services de gardiennage pour leurs bureaux à l’étranger, par souci de rentabilité. En effet, la plupart des organisations n’ont pas les moyens de maintenir une surveillance 24 heures sur 24 des bureaux, des logements et des entrepôts. Cependant, ces services posent des problèmes. La plupart des ONG utilisent principalement une stratégie de sécurité « d’acceptation », c’est-à-dire qu’elles visent à modifier la nature de la menace en obtenant l’adhésion des acteurs locaux. Compte tenu de leur visibilité, les gardes ont un fort impact sur les perceptions locales, et s’ils ne sont pas suffisamment intégrés dans la « famille de l’organisation », l’image qu’ils projettent peut nuire considérablement à l' »acceptation » de l’organisation.

Un autre défi lié à la passation de contrats avec des services de gardiennage est l’inclusion d’une composante « réponse armée » en cas d’attaque, qui peut entraîner de lourdes conséquences et des responsabilités en matière de devoir de diligence.

Les PSP sont également utilisés pour l’évaluation et l’analyse des risques, sur une base régulière ou ponctuelle, les formations et la réponse aux incidents (par exemple, évacuation, enlèvement). L’un des problèmes est que certaines PSP ont tendance à modifier le problème pour l’adapter à la solution qu’elles vendent, plutôt que de modifier les services pour répondre aux besoins de l’organisation. Cela est particulièrement préjudiciable lorsque les ONG commencent à peine à comprendre leurs lacunes mais ne savent pas encore clairement quelles sont les différentes solutions disponibles. En facilitant les conversations, l’EISF aide les ONG à être plus conscientes et à prendre des décisions éclairées sur ces options.

L’EISF a récemment mené une campagne intitulée « À quel prix » pour sensibiliser les gens aux processus de financement obsolètes pour la sûreté et la sécurité dans le secteur de l’aide. Pourquoi pensez-vous que les organisations, qu’elles soient humanitaires ou autres, hésitent à financer correctement la sécurité et quels sont les risques associés à cette situation ?

Le premier problème est que de nombreux responsables de la sécurité ne savent pas comment établir un budget. Ils ne peuvent pas calculer les coûts de la gestion des risques de sécurité et sont donc incapables de plaider au sein de leur organisation en faveur d’un financement adéquat.

Deuxièmement, les coûts réels n’étant pas détaillés, ils ne sont pas facilement justifiables, ce qui conduit à inclure la sécurité dans les frais généraux. Bien que de nombreux donateurs déclarent qu’ils couvriront les coûts de sécurité si les demandeurs le demandent, ils n’insistent pas pour que les ONG démontrent que les coûts de gestion des risques de sécurité appropriés sont inclus. Les rédacteurs de propositions savent que les donateurs n’aiment pas voir des frais généraux élevés, de sorte que la sécurité est souvent réduite.

Les risques liés à l’absence de ressources appropriées pour la sécurité peuvent être considérables, allant de la mort et de l’enlèvement à la non-exécution des programmes. Chacun de ces risques peut entraîner une perte de crédibilité auprès des donateurs, une atteinte à la réputation et des difficultés à recruter et à conserver un personnel compétent. Malheureusement, lorsque les choses ne vont pas mal, il est difficile de prouver que c’est grâce à une gestion efficace des risques de sécurité !

Comment ICoCA est-elle perçue dans le secteur humanitaire et comment ICoCA peut-elle travailler plus étroitement avec les organisations humanitaires pour s’assurer qu’elles engagent des entreprises de sécurité responsables qui respectent les droits de l’homme et le droit national et international ?

L’engagement entre l’EISF et ICoCA depuis le document de Montreux, est un bon exemple de sensibilisation des ONG et de priorisation de l’utilisation de PSP responsables. La certification de ICoCA aide l’EISF à informer ses membres sur la manière d’identifier les PSP éthiques. Si l’adhésion est généralement abordable pour les petites ONG et démontre un engagement envers les principes d’ICoCA, en revanche, de nombreuses PSP nationales utilisées par les ONG trouvent actuellement que les processus nécessaires pour atteindre les normes industrielles actuellement requises pour la certification ICoCA sont trop coûteux. Mais ce n’est pas un obstacle insurmontable et l’EISF est heureux de travailler avec ICoCA pour rendre cette dernière plus accessible aux petites PSP basées dans le Sud.

ICoCA travaille également avec l’EISF pour développer un module pour le guide « Security to Go » afin de garantir que les ONG puissent suivre les bonnes pratiques dans la passation de contrats avec les PSP appropriées.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.