PROFIL DES PILIERS – IEPADES, GUATEMALA

Un entretien avec Carmen Rosa de Léon Escibano, directrice exécutive de l’Instituto de Ensenanza para el Desarrollo Sostenible (IEPADES), Guatemala.

Parlez-nous du travail de l’IEPADES.

L’IEPADES est une ONG qui travaille depuis 30 ans au Guatemala et dans le reste de l’Amérique centrale grâce à des alliances stratégiques. À sa base, l’Institut d’enseignement du développement durable travaille au renforcement du pouvoir local et du développement économique et durable des communautés rurales.
À la suite des accords de paix au Guatemala, sans abandonner le travail initial, nous nous sommes concentrés sur le suivi de la réforme du secteur de la sécurité. C’est pourquoi nous avons commencé à travailler sur différents aspects liés à la question de la sécurité des citoyens. Parmi ces sujets, il y a le contrôle des armes à feu et le suivi de la création de la nouvelle police nationale civile. L’une des spécialités de l’IEPADES est de travailler avec le secteur de la sécurité et de la justice sur le renforcement institutionnel, le renforcement des capacités et le soutien à la recherche. C’est en raison du travail de suivi du contrôle des armes à feu que nous avons commencé à travailler sur les questions de sécurité privée.

Pourquoi la sécurité privée est-elle devenue une question de droits de l’homme au Guatemala ?

La sécurité privée au Guatemala trouve son origine principalement dans le conflit armé interne. La plupart des sociétés de sécurité privée sont entre les mains d’anciens militaires, et beaucoup d’agents de sécurité privée au Guatemala ont également fait leur service militaire. Pendant le conflit armé interne au Guatemala, il y a eu une grande répression, principalement menée par des membres de l’armée. Les entreprises de sécurité privée ont donc tendance à refléter cette « culture » de la répression. Cette situation est évidente, surtout lorsqu’il existe des mouvements territoriaux ou communautaires qui protestent contre les industries extractives. Plusieurs des conflits et des décès de membres de la communauté se sont produits précisément à cause des actions des sociétés de sécurité privée locales qui sont engagées par des sociétés transnationales.

D’autre part, des études menées par l’IEPADES ont montré qu’il y a également une violation des droits de l’homme et des droits du travail au sein des sociétés de sécurité privée. Nous avons constaté, par exemple, que 80% des travailleurs de la sécurité privée n’étaient pas payés au salaire minimum[1], une situation qui viole la loi guatémaltèque qui régule les services de sécurité privée, reconnue comme l’une des plus complètes de toute la région latino-américaine. Bien que la loi reconnaisse la nécessité de l’éducation et de la formation des agents de sécurité privée, nous avons constaté que cette formation n’est pas dispensée par les sociétés de sécurité privée, ce qui n’est pas dans l’intérêt de leurs clients. Ce manque de formation devient un problème dans la résolution des conflits lorsque des agents de sécurité sous-éduqués veulent réprimer les communautés qui sont contre l’extraction des ressources naturelles. Il est probable que ce manque de formation et de contrôle des normes établies par la loi, entraîne également une utilisation abusive des armes par les agents de sécurité et, surtout, se traduit par des actes de violence contre les femmes, y compris dans les cas de violence domestique.

Pouvez-vous nous donner votre point de vue sur la question de la migration au Guatemala et sur le rôle que la sécurité privée doit jouer, le cas échéant ?

Au Guatemala, il y a près de 45 000 agents de sécurité privée, un nombre qui est comparable à celui de la police nationale civile. La sécurité privée est devenue l’une des principales sources de travail pour les personnes qui viennent des zones rurales du Guatemala, ce qui en fait une source d’emploi alternative pour la migration. C’est également une source de travail pour les personnes qui sont expulsées des États-Unis.

Dans deux enquêtes menées par l’IEPADES en 2015[2] et 2019 dans le département du Guatemala, il a été constaté que la principale raison de sécurité pour la migration des personnes vivant dans la capitale était l’extorsion. Ce crime est principalement commis par des gangs et c’est le secteur de la sécurité publique qui joue le rôle principal dans la lutte contre ces structures plutôt que la sécurité privée.

Quelle différence la société civile et l’IEPADES ont-ils fait sur ces questions au Guatemala ?

  • La société civile a un rôle très important à jouer dans le travail lié aux entreprises de sécurité privée. Le travail que nous réalisons est divisé en plusieurs axes :
    Le renforcement des capacités, notamment des organes de contrôle de l’État tels que la Direction générale des services de sécurité privée, qui fait partie du ministère de l’intérieur, et la Division de contrôle des CSP au sein de la police civile nationale.
  • Recherche et suivi, pour obtenir des informations comme mesure de contrôle et d’audit social sur les entreprises de sécurité privée. Cela se fait par le biais d’enquêtes, d’entretiens avec des groupes de discussion, ainsi qu’en recevant des plaintes de la population.
  • L’organisation de réunions régionales, afin d’échanger les expériences et les meilleures pratiques entre les institutions chargées du contrôle des CSP et les organisations de la société civile
  • Travailler avec des alliances stratégiques entre différents acteurs. Un exemple de cela est le groupe de travail sur les principes volontaires guatémaltèques qui comprend les ambassades des pays membres de ICoCA, le secteur privé et les ONG comme IEPADES. Ce groupe cherche à renforcer, d’une part, l’application des principes volontaires des droits de l’homme et des entreprises. D’autre part, il cherche à renforcer les connaissances des entreprises privées afin qu’elles engagent des services de sécurité privée qui respectent les principes volontaires.

Comment les organisations de la société civile peuvent-elles contribuer à la mission de l’ICoCA qui consiste à promouvoir une sécurité privée responsable ?

  • Il est nécessaire de renforcer le réseau des ONG membres pour qu’elles puissent agir efficacement dans leur rôle de supervision du respect du Code de conduite international
  • Des outils de critères standards doivent être établis pour aider à l’observation des sociétés de sécurité privée afin de s’assurer qu’elles respectent le Code de conduite international
  • Création de mécanismes d’échange de bonnes pratiques à la fois entre la société civile, le secteur privé, les entreprises de sécurité privée et les États pour mieux remplir les rôles des membres d’ICoCA
  • Mettre en place des mécanismes pour canaliser les éventuels abus et violations du code de conduite international et d’autres mécanismes tels que l’initiative des principes volontaires par les sociétés de sécurité privée.

[1] La sécurité privée est le secteur qui a été le plus dénoncé au ministère du travail pour non-respect des prestations de paiement des salaires et pour modification des conditions de travail

[2] Enquête d’Iepades (2015) sur la victimisation et la perception du travail de la police nationale civile

Enquête d’Iepades (2019) sur la victimisation et la perception du travail de la police nationale civile

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.